Le métier de taxi moto

Depuis le début des années 2000, le métier de taxi moto s’est développé en Europe et particulièrement en France. Dans les rues de la capitale française, il n’est pas rare d’apercevoir touristes et résidents à bord de ces véhicules à deux roues, fendre les embouteillages et contourner la plupart des obstacles de la ville avec aisance.

En raison du type de locomotion employé, le métier de taxi moto et ses exigences sont assez différents des autres corps de métier du transport. Ces particularités sont liées à un certain nombre de points essentiels qui font la spécificité de ce métier.

L’expérience et le permis pour être un taxi moto

Le métier de taxi moto est assez bien réglementé en France. Les particuliers par exemple peuvent créer leur entreprise légalement enregistrée, se fédérer ou fonctionner seuls afin de pratiquer cette activité. Les entreprises existantes, quant à elles, ne sont pas nécessairement dirigées par des professionnels de ce métier. Elles font appel à des personnes ayant une expérience avérée à moto, avant de leur confier la vie des passagers. Généralement, les plus exigeantes se basent sur les critères suivants :

  • Avoir une expérience d’au moins 7 ans et apporter un gage de cette expérience ;
  • Justifier d’aucun sinistre au cours des 5 dernières années ;
  • Disposer d’un relevé d’informations d’assurance ;
  • Avoir un coefficient de bonus compris entre 0,50 et 0,75.

Tous ces critères supposent que l’aspirant chauffeur taxi moto ait un permis de conduire valide et soit en mesure de faire montre des qualités indispensables pour devenir un bon chauffeur.

Les qualités pour être un bon chauffeur à moto

Contrairement à ce que pourrait laisser entrevoir le métier de taxi moto, ce n’est pas simplement la possession d’un permis de conduire qui fait d’un chauffeur un excellent conducteur. Au service de ses passagers, il doit faire évoluer ses habitudes de cyclistes amateurs à celles de cyclistes professionnels du transport de personnes. Par conséquent, il doit emprunter une attitude courtoise respectueuse des règles de conduite. En outre, il se montrera plus attentif aux désirs de ses passagers.

Taxi moto : responsable et prudent

Dans le métier de taxi moto, la responsabilité du chauffeur revêt son sens le plus courant. Ainsi, ce dernier doit répondre de tous les dommages encourus par son passager, les victimes, mais aussi son véhicule. C’est l’une des raisons pour lesquelles seules les personnes les plus expérimentées sont employées par les entreprises. Le chauffeur à moto peut en effet parcourir plus de 200 kilomètres par jour et tous les jours. On attend donc de lui :

  • Qu’il soit vigilant ;
  • Qu’il ne prenne aucun risque ;
  • Qu’il respecte le Code de la route ;
  • Qu’il apprenne à gérer sa fatigue pour conserver sa concentration ;
  • Qu’il mette le passager en confiance par sa conduite et son comportement ;
  • Qu’il apprenne à modérer les passagers empressés qui souhaitent aller plus vite que de raison.

Ce sont autant de points qui font de lui un meilleur chauffeur. Ceci dit, il peut disposer d’un atout important, la passion pour la moto.

Être passionné de moto

La passion est une force qui permet, surtout dans les moments durs, de trouver la motivation d’avancer. Le métier de chauffeur moto n’est pas toujours aisé. C’est donc un plus que d’avoir de la passion pour ces véhicules à deux roues. Elle fait la différence entre les chauffeurs, mais n’est pas une condition indispensable pour être employé. L’expérience a prouvé que la passion pour la moto ne fait pas d’un chauffeur un professionnel. Dans certains cas, elle peut être une source d’ennuis quand le conducteur au nom de cet amour immodéré commet des excès de vitesse et met la vie du passager en danger.

De même, les clients passionnés de moto ne doivent pas distraire les chauffeurs avec leur passion en les poussant à leur faire vivre des sensations fortes. Pour finir, le professionnalisme du chauffeur doit le pousser à tout moment à garder le contrôle de son véhicule et faire abstraction de ses penchants.

Être sportif et endurant à moto

Rouler à moto durant toute la journée suppose que le conducteur est dans une forme plus ou moins olympienne. La conduite journalière du taxi moto nécessite donc de l’endurance et surtout la pratique d’une activité physique pour disposer d’une condition physique excellente. Ainsi, quand les distances sont longues et la météo mauvaise, un corps plus sportif réagit mieux aux stimulations extérieures qui peuvent être source de stress.

Transporter des passagers en toute sécurité à moto

Les passagers qui optent pour la moto le font souvent en toute connaissance de cause ou parce qu’il s’agit d’une solution efficace pour rallier deux lieux. Bien qu’ils soient conscients de ne pas être en voiture et donc de ne pouvoir bénéficier du confort y afférant, ils ne négligent pas leur sécurité. Ils comptent donc sur le chauffeur pour mettre à leur disposition un casque et si possible un système de protection contre les intempéries. Ceci dit, sur le plan de l’habillement, les passagers doivent prendre toutes les mesures pour bien se couvrir dans la mesure où ils ont librement pris la décision d’aller à moto.

Les règles de la profession du moto taxi

En Europe, la réglementation est plus ou moins évolutive. Chaque pays est libre de mettre en œuvre sa politique. En France, les particuliers et les entreprises se partagent le marché du transport à moto. Ils ont pour règles principales, depuis 2010, un décret qui leur fait obligation de disposer :

  • D’une carte professionnelle ;
  • D’une attestation d’entretien annuel ;
  • D’une signalétique spécifique ;
  • D’un système de réservation, car le client ne peut être pris à la volée comme dans un taxi en voiture.

En résumé, les particuliers et entreprises ont l’obligation d’être qualifiés, c’est-à-dire de respecter toutes les conditions dont il a déjà été fait mention à propos de l’expérience et des qualités du chauffeur. À ces critères, s’ajoutent deux autres très importants que sont :

  • La connaissance des itinéraires ;
  • La maîtrise de l’anglais.

Comme un chauffeur de taxi en voiture, le chauffeur de taxi moto doit maîtriser les itinéraires les plus courants et surtout les raccourcis pour éviter la circulation trop dense. Pour la sécurité de ses clients et la performance de son service, il peut avoir le souci de connaître le pouls de la circulation qu’il emprunte généralement afin de mieux appréhender les risques qui peuvent se dresser sur son passage.

Ainsi, il ne doit rien ignorer des heures de pointe, des avenues impraticables pour les motos, des routes les moins confortables… : autant d’éléments pour rendre le trajet plus intéressant et moins long. Ces points font du chauffeur à moto un professionnel qualifié et expérimenté. Parfois, il ne lui sera pas superflu de comprendre l’anglais.

Paris est l’un des exemples de ville où le taxi moto est employé par les touristes à la quête de sensations nouvelles. On retrouve dans la capitale une diversité de nationalité, pour la plupart Anglophone, Russe ou Asiatique. Leur point commun est l’anglais. Les touristes se sentent plus en confiance quand ils savent que leur chauffeur les comprend. Ils ont beau trouver le français charmant ; pour eux, c’est une nécessité de pouvoir exprimer leurs craintes, leur joie ou leurs doléances et une nécessité d’être compris. Un point de plus en faveur du chauffeur qualifié qui a le choix de transporter ses clients sur les meilleurs modèles de motos.

Les véhicules adaptés

Tous les véhicules à deux roues ne sont pas destinés au taxi moto. Il existe des véhicules pour la course et d’autres pour le transport de personnes. Avec l’évolution de la technologie, ce qui se fait de mieux en matière de modèle, il y a quelques années, n’est pas toujours le même les années suivantes. Ceci dit, il existe quelques incontournables que sont principalement les scooters 650 cm3, la Honda Goldwing 1800 ou ST Pan-European.

Comme ces différents modèles, tous les véhicules à deux roues destinés au transport de personnes devraient être confortables et offrir ce qu’il y a de mieux sur le plan de la sécurité. Avant d’afficher toutes ces qualités, le chauffeur de taxi moto doit passer un test ultime, celui de la conduite.

Le test de conduite à moto

Comme l’indique son intitulé, le test de conduite a vocation à apprécier les qualités du chauffeur en situation réelle de travail. Il ne doit donc pas simplement s’agir d’une stimulation. Ce sont les entreprises qui effectuent ce type d’évaluation avant de confier un véhicule et des passagers à un chauffeur en toute confiance.

Le test de conduite peut à cet effet prendre différentes formes, mais plus généralement, le conducteur devra remorquer un moniteur qui saura évaluer :

  • Ses compétences dans la circulation ;
  • Son professionnalisme ;
  • Sa capacité à appréhender les obstacles et à toujours penser au bien-être du client ;
  • Son degré de maîtrise du guidon et du Code de la route…

Ce sont autant de critères qui lui ouvriront l’accès au métier de chauffeur taxi moto. Les grilles de notation sont variables, mais à la fin d’un test de conduite, le chauffeur peut prendre connaissance de toutes les observations du moniteur et de son appréciation. Si elle est positive, il peut alors être engagé.